06 juillet 2017

Les difficultés commencent



Platier, 6 juillet 2007
Le cycle politique inédit et imprévu qui s’achève par le triomphe du seul candidat europhile ayant pris part à l’élection présidentielle ne doit pas nous dissimuler l’ampleur des obstacles à une relance de l’Europe. Parmi ceux-ci, il en est un particulièrement redoutable : le défi migratoire place nos dirigeants devant un choix difficile : renoncer à secourir les migrants et réfugiés au large de la Libye ou accueillir un nombre sans cesse croissant de malheureux fuyant l’oppression, la guerre et la misère. Or sur ce sujet, plus que sur tout autre, les opinions diffèrent entre les pays et à l’intérieur de chacun d’entre eux. Les décisions de répartition des migrants adoptées à la majorité qualifiée par le Conseil européen demeurent inappliquées. L’Italie qui supporte l’essentiel de la charge fait appel, jusqu’à présent sans résultat, à la solidarité communautaire. Ce drame humain qui se double d’une impasse politique fait peser un lourd handicap sur les projets de refondation de l’Union.

23 juin 2017

Les risques d'attentes excessives



Platier, 23 juin 2017
La marche triomphale d’un candidat capable de faire acclamer l’Europe et son drapeau ne pouvait que réjouir tous ceux qui déploraient l’enlisement du seul grand dessein offert aux générations successives. L’immensité des attentes ne peut qu’engendrer des déceptions. Le départ de Sylvie Goulard prive le président Macron d’une personnalité qui, par sa connaissance des institutions et ses liens avec l’Allemagne pouvait contribuer à mettre le projet de défense européenne au service de l’Union et de sa politique étrangère. La création d’un Fonds pour la Défense à l’initiative du président Juncker montre la voie à suivre avec l’appui de l’Allemagne.  La formule de l’Europe qui protège étendue au contrôle des investissements chinois et à la lutte contre le dumping social est populaire en France mais difficile à vendre à une majorité de nos partenaires à moins qu’il ne s’inscrive dans un programme plus ambitieux de développement de nouvelles solidarités susceptible de recevoir l’appui de la Commission et du Parlement.   

19 mai 2017

Voeux pour Sylvie Goulard




Paris  19 mai 2017
La nouvelle ministre des Armées fut une amie de l’AFEUR. Jeune diplomate affectée au Centre d’analyse et de prévision du Quai d’Orsay, elle me fit part à l’automne de 1994 de son désarroi devant les réactions négatives de ses collègues au mémorandum Lamers – Schaüble envisageant un « noyau dur » européen. Loin de mesurer l’intérêt de cette démarche avant le grand élargissement qui s'annonçait, le souci des collègues de Sylvie Goulard était de dresser la liste des objections à élever contre ce projet. En effet le gouvernement de cohabitation d’Edouard Balladur laissa sans réponse autre que de politesse cette initiative allemande.
Membre d’un gouvernement qui met au premier plan de ses objectifs la refondation de l’Europe, souhaitons que Sylvie Goulard qui fut une parlementaire européenne exemplaire contribue, dans sa fonction de ministre des Armées à donner à l’Union européenne la dimension politique et stratégique sans laquelle l'intégration économique et monétaire demeure fragile et incomplète.